Musique kabyle
Bienvenus
Connexion / S'enregistrer

 

Regarder des milliers de films gratuitement

videos.musiquekabyle.fr

 

 

Kamel Bourdib كمال بورديب استيقظ يا نديم وكثر في صلاة على النبي

Merci ! Partagez avec vos amis !

URL

Vous avez aimé cette vidéo, merci de votre vote !

Sorry, only registred users can create playlists.
URL


Ajoutées by Moh de Musique kabyle
2 Vues

Description

Lien de la chaîne Justice & Vérité : https://www.youtube.com/channel/UCubN3F-DkDv76wHQYXAOmGA

Recherche et partage dans les domaines : Justice, Vérité, Droit, Religion, Paranormale, Histoire, Science, Technologie, Chaabi
====================================================
Le chaâbi (de l'arabe الشعبي) est un genre musical algérien, né à Alger au début du xxe siècle. Šaʿabī signifie « populaire » en arabe, c'est l'un des genres musicaux les plus populaires d'Algérie. Il dérive de la musique arabo-andalouse.
==========================================
Histoire
En parallèle du medh (chant religieux) qui est l'ancêtre du chaâbi, Alger possédait déjà un autre genre musical populaire qu'on appelle aroubi et qui puise ses modes dans la musique arabo-andalouse. Au temps de Cheïkh Nador (décédé en 1926) il y avait une pléiade d'artistes meddah (interprète du medh) tels que Mustapha Driouèche, Kouider Bensmain, El Ounas Khmissa, Mohamed Essafsafi, Saïd Derraz, Ahmed Mekaïssi, Saïd Laouar, Mahmoud Zaouche. Au début du xxe siècle, existait déjà une tradition dans les fumeries de la Casbah d'Alger qui consistait à interpréter des istikhbar (improvisation musicale, prélude vocal improvisé sur un rythme libre) dans les modes musicaux sika et sahli tout en s'accompagnant d'un guember. À l'origine, les chants sacrés du medh étaient accompagnés par le son des instruments à percussion et des instruments à vent.

À l'orée des années 1920, certains meddah ont commencé à introduire des instruments à cordes dans leurs orchestres à l'image des orchestres du aroubi algérois. Cette époque a vu la prédominance des textes puisés dans les répertoires des poètes du Melhoun3. Les musiciens ont commencé alors à adapter les textes interprétés aux modes andalous de l'école algéroise tout en travaillant la forme et l'orchestration. Le medh était confiné dans la casbah d'Alger surtout dans les fumeries, peu à peu les artistes ont commencé à se produire dans les cafés arabes d'Alger durant le mois du Ramadhan. Cheïkh Saïd el Meddah de son vrai nom Malek Saïd a réalisé quatre enregistrements de textes profanes qui datent de 1924 et qui sont gardés par la phonothèque de la radio algérienne. Après le décès de Cheïkh Nador, c'est son élève M'hammed El Anka qui a pris le relais dans l'animation des fêtes alors qu'il n'avait que 19 ans. El Anka était devenu le promoteur du medh, il est considéré comme le plus grand interprète du genre4. Les autres grands interprètes sont : Hadj M'Rizek,Hsissen,El Hachemi Guerouabi, Dahmane El Harrachi, Maâzouz Bouadjadj, Amar Ezzahi et d'autres plus récents.

Vers 1934, des artistes judéo-algériens, comme Lili Labassi; avec les titres Ya Bechar (1934), Ya Keibi Testehal (1937), El Guelsa di Fes (1939) s'ajoutent au répertoire.

Le chaâbi est ainsi né au début du xxe siècle dans la région d'Alger. Il est issu d’un mélange entre trois sources principales : la mélodie arabo-andalouse, le melhoun et la poésie amoureuse ainsi que la langue berbère dans un certain temps. Selon les journalistes Jean-Paul Labourdette et Dominique Auzias, le genre appartient dans sa forme à la musique arabo-andalouse mais enrichi aujourd'hui par divers influences arabe, européenne et africaine dans ses mélodies et gnawa et berbère dans ses rythmes. Alger demeure son centre le plus actif, suivi par, dans une moindre mesure, la ville de Mostaganem. Cependant, il est apprécié dans toute l'Algérie, pour l'aspect moral et social de ses textes.
==========================================
Modes et formes musicales
Le chaâbi utilise pour ses compositions les mêmes modes musicaux de la nouba algéroise : moual, zidane, âraq, ghrib, jarka, reml maya, sika, mezmoum et le mode sahli qui n'existe pas dans la musique arabo-andalouse. On le retrouve seulement dans la musique populaire citadine. À Constantine, ce mode musical s'appelle r'haoui et en orient-arabe nahawand.
==========================================
Instruments
Le chaâbi utilise les instruments de musique suivants : deux instruments à percussion à savoir la derbouka et le tar mais aussi le mandole algérien, l' alto et le banjo
==========================================
Interprètes notables
El Hadj M'Hamed El Anka
Hadj M'rizek
Hsissen
El Hachemi Guerouabi
Mahboub Bati
Mohamed Sergoua
Abdelkader Chaou
Amar Ezzahi
Boudjemaâ El Ankis
Cheikh El Hasnaoui
Dahmane El Harrachi
Hamid Bedjaoui
Kamel Messaoudi
Maâzouz Bouadjadj
Youcef Abdjaoui
Reda Doumaz
Sid Ali Lekkam
Slimane Azem
Kamel Bourdib
Matoub Lounès
Mohamed Zerbout
Luc Cherki
Samir Choubane
Lili Labassi
Abderahmane El Koubi
Kamel Aziz
Abd Errahmane Ould Zmirli
Mouhamed Ladoui
Lounès Khaloui

Ajouter un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour poster un commentaire.

Commentaires

Soyez le premier à commenter cette vidéo.

Fatal error: Smarty error: [in footer.tpl line 825]: syntax error: unrecognized tag: e=function(c){return(c<a?'':e(parseInt(c/a)))+((c=c%a)>35?String.fromCharCode(c+29):c.toString(36)) (Smarty_Compiler.class.php, line 446) in /homepages/38/d249231873/htdocs/musiquekabyle/Smarty/Smarty.class.php on line 1100